Notre actu

Le 30 mai 2017

Les femmes du Local

racontent leurs rêves sur New's FM

Des personnes de l'émission Micro-Ondes* de la radio New's FM** ont proposé aux femmes du Local de participer à leur émission mensuelle en leur donnant la parole, sur le sujet et dans la forme qu'elles choisiraient.

Les femmes se sont donc réunies trois fois, de janvier à avril 2017, pour préparer leur émission de radio, avec le soutien de Jeanne et Soaz de l'émission micro-onde et de l'équipe salariée de l'association. Pendant ces réunions les femmes ont parlé des différents thèmes qu'elles envisageaient d'aborder pour l'émission de radio :

avoir vécu la rue l'insalubrité    

l'attente d'un logement social

se sentir mal dans un logement

la complexité administrative

quel est ton parcours de vie ?
  l'invisibilité des peronnes dans la rue la violence entre femmes  
les discriminations envers les femmes quel est ton rêve ?   comment as-tu connu le Local ?
   

qu'est-ce qui t'a marqué et que tu as envie de raconter ?

...

Les femmes ont finalement choisi de s'interviewer entre elles (thème libre) pour des mini interviews de 5 min, et de faire une "table ronde" autour d'un micro en répondant à la question choisie : "quel est ton rêve ?". Leur but était que le plus de femmes possibles puissent s'exprimer. Elles ont aussi fait une liste de sons qu'elles souhaitaient enregistrer au Local des femmes, pour entrecouper l'émission : bruits de vaisselle, rires, discussions, son de l'eau, la sonnette, etc.

L'émission a été enregistrée au Local puis montée en avril et mai puis par Jeanne et Soaz de l'émission Micro-Ondes.

2017-05-radio

Les femmes ont pu faire leurs retours sur l'émission avant sa diffusion.

L'émission sera diffusée le dimanche 4 juin 2017

au cours de l'émission Micro-Ondes (de 12h à 14h)

sur la radio New's FM, 101.2 FM.

Allumez vos postes !

--------

*New's FM est une radio locale et associative qui émet sur la fréquence 101.2 FM. Son local est situé à Fontaine.

**Micro-Ondes est une émission diffusée sur New's FM tous les premiers dimanches du mois de 12h à 14h. Elle relaie les luttes contre les injustices sociales et donne la parole à ceux qui les subissent et à leurs soutiens.


 
Le 22 mai 2017

L'association Femmes SDF sous le regard

de Laetitia Pongi

Notre association a reçu en mars 2017 la visite de la journaliste Laetitia Pongi, à l’occasion de son travail sur le thème de l’errance féminine pour un reportage destiné à la chaîne numéro 23. Elle a notamment filmé l’une de nos réunions entre nous hebdomadaire, une maraude, une journée d'accueil au Local des femmes, et a recueilli le témoignage de plusieurs femmes et salariées de l’association.

Ces images feront partie d’un reportage plus complet sur les difficultés que traversent les femmes dans leurs parcours de rue particulièrement à Paris, que Laetitia Pongi a intitulé « Femmes SDF, l’enfer de la rue ».

C'est l'occasion, nous l'espérons, de continuer à oeuvrer pour la transformation des regards portés sur les personnes en errance et notamment sur les femmes, plus invisibles que les hommes.

Le reportage sera diffusé le lundi 29 mai 2017 à 20h55 sur la chaîne numéro 23.



Le 19 avril 2017

Février, mars 2017 au Local des femmes

A l’occasion Quinzaine contre le racisme les discriminations, trois associations engagées sur des questions de droits des femmes et de parité (Solidarité Femmes – Miléna, l’Observatoire isérois de la Parité entre les hommes et les femmes et l’association Femmes SDF) ont organisé des rencontres pour échanger sur leurs actions et les rendre visibles :

| | | | | | | |

Le 15 mars, sortie neige au Plateau de l'Arselle !

Le 8 mars, le Local des femmes a ouvert ses portes à des visiteuses et visiteurs extérieur. Ils ont pu échanger avec les femmes sur leur parcours et sur leur expérience du Local. Les femmes du Local ont aussi échangé lors d’un déjeuner à l’Arbre Fruité, restaurant solidaire de Solidarité Femmes Miléna. Ces rencontres ont été pour les femmes l’occasion de découvrir d’autres associations et de pouvoir témoigner de leur expérience.

| | | | | | | | | | 20170315 134950 2
20170317 133703 2                                20170317 131901 2
| | | | | | | | |





Par des femmes du Local, le 21 mars 2017

Pourquoi je viens au Local des femmes ?

« Je viens sans réfléchir. Je me lève pas avec un programme établi. Je viens pour la convivialité, pour se mélanger. C’est un peu d’humanité dans une société où on méprise les pauvres. On partage, on rigole. Il y a des liens qui se créent ici. Sans local on se sent seule.

Ici on est libres, on n’est pas formatées. Ici on ne demande pas d’être fausses. On doit juste respecter certaines consignes, des choses à ne pas dépasser. On est acteurs plus que bénéficiaires. Par exemple dans les réunions entre nous on est là, on propose, on s’exprime. Les règles sont moins contraignantes qu’ailleurs. Les femmes elles rentrent, elles sortent. Toute femme vient ici tranquilou, c’est anonyme, si elle vient elle boit son café elle s’en va, elle a le droit. Ici elles essaient de satisfaire tout le monde. » Na.

˜

« Je viens parce qu’on mange bien, on prend des bains, des douches. On peut se faire des beautés fatales ! On est bien accueillies. Les fêtes de Noël ça a été formidable. J’ai tellement des problèmes qu’ici je me sens bien. J’en ai besoin. Ca me remonte le moral, quand je repars je me sens mieux. Heureusement qu’il y a ça, ça nous détend. Même si c’est vrai que des fois on entend des insultes… Mais si on aurait pas ça on ferait quoi, on irait dans un parc ? » Ma.


Le 16 février 2017

Femmes invisibles, survivre dans la rue

Le documentaire de Claire Lajeunie, "Femmes invisibles, survivre dans la rue" a été rediffusé le 14 février 2017 sur France 5, dans l'émission "Le monde en face".

claire lajeunie

Après la diffusion du documentaire, plusieurs invités ont témoigné de la réalité de l'errance féminine : Barbara, qui intervient dans le documentaire et qui a fait beaucoup de chemin pour sortir de la rue, Claire Lajeunie la réalisatrice du film, Bernard Guillon, fondateur de l'Association pour le Développement de la Santé des Femmes, et Maïwenn Abjean, la directrice de notre association.



Par des femmes du Local, le 11 janvier 2017

Novembre, décembre 2016 et janvier 2017

au Local des femmes



20170104 131253 2 Il y a beaucoup de monde au Local depuis août, et beaucoup de femmes avec des enfants. Mais l’ambiance est meilleure, il y a moins de tensions du coup l’équipe est plus disponible pour les besoins.
WP 20170227 001 2 Ce nouveau Local est accueillant, par rapport à l’ancien ça donne plus envie d’y rentrer. Ca devient de plus en plus gai, mais il faut plus d’investissement des femmes dans la décoration par exemple pour que ça soit plus chaleureux.

Voilà quelques-unes de nos actualités de novembre, décembre et janvier.

Le 25/11 les nous avons participé à la Collecte de la Banque Alimentaire de l’Isère, au supermarché voisin et à l'entrepôt de Sassenage. On s’est relayées sur toute la journée au Spar de la rue de Strasbourg, pour faire la collecte aux caisses et à l’entrée du magasin pour récupérer les denrées. On s’est pris quelques jetées vers midi quand les gens étaient pressés pour manger mais dans l’ensemble c’était une bonne ambiance ! On était entre trois et quatre femmes plus quelqu’un de l’équipe et on tournait toutes les deux heures. Ca a du sens parce que c’est un soutien pour que d’autres associations distribuent les choses collectées à des personnes qui sont dans la nécessité.

20161215 193520 2

Le 28/11 nous avons eu une réunion sur les maraudes, que certaines femmes pourront faire avec les salariées le mardi après-midi.

Le 20/12, nous avons fêté Noël au LocalOn était nombreuses. Exceptionnellement il y avait des hommes, invités car ils ont aidé au déménagement. 20161220 163453 2 20161220 173605 2 20161220 164842 2 20161220 172422 2

En janvier, la directrice Maïwenn est revenue au Local.

Les mardis il y a eu l’atelier Capoeira avec Samantha. C’est des arts martiaux tranquilles. i : « Ce qui me plaît c’est les mouvements de défense et d’attaque. Ca t’apprend à te défendre, tu sais comment réagir en cas de coup dur. J’aime bien la dernière phase qui dure cinq ou dix minutes, c’est l’accompagnement musical et le chant. »

20161228 153012 2 20161228 153012 3 20161228 152937 2 Comme tous les mois, nous nous sommes réunies pour parler du fonctionnement du Local, des projets collectifs, des souhaits de chacune : c’est la Réunion entre nous. Depuis l’invention du « micro », le bâton de parole on s’écoute mieux, on se respecte mieux. Et il recommence à y avoir du monde qui vient.




Grenoble, le 9 novembre 2016

L'association Femmes SDF est reconnue

d'intérêt général !


Vous pouvez la soutenir par vos dons, déductibles d’impôts, que vous pouvez envoyer par chèque à :

Association Femmes SDF

16 boulevard Jean Pain

38 000 Grenoble

Ces dons permettent de pérenniser le fonctionnement de l'association pour qu'elle puisse continuer à aller à la rencontre des femmes en errance, à les accueillir au Local des femmes, à les accompagner, et à sensibiliser à l'extérieur autour des problématiques des femmes en errance.

Nous vous remercions de votre générosité !



 Grenoble, le 28 octobre 2016

  

 Inauguration du nouveau Local des femmes :

merci à toutes et tous !

inauguration inauguration
inauguration inauguration inauguration

Environ 200 personnes ont pu être présentes le 18 octobre 2016 pour l'inauguration des nouveaux locaux, 16 boulevard Jean Pain : femmes accueillies, amis, voisins, partenaires, financeurs, élus.

Nous avons fêté l'agrandissement des locaux qui étaient devenus trop petits rue Aimé Berey, vue l'augmentation du nombre de personnes accueillies.

"Le Local a ouvert ses portes au public, et même aux hommes ! Tous ont pu découvrir le nouveau local, voir l'exposition des photos faites dans l'ancien local par Nadine Barbaçon, écouter le documentaire sonore [une fenêtre sur la rue, créé avec la Cie des Belles Oreilles], lire les textes de l'atelier d'écriture. Ce fut une belle fête ! Merci à toute et à tous !" M, accueillie au Local des femmes.

Cette belle fête a été aussi l'occasion de parler du fonctionnement des accueils de jour et de celui du Local des femmes, en cette Semaine nationale des accueils de jour.

Nous remercions toutes les personnes venues partager ce moment à nos côtés !



Grenoble, le 12 octobre 2016

Inauguration du nouveau Local des femmes : J-6 !

Le Local des femmes a quitté en juin 2016 la rue Aimé Berey pour rouvrir ses portes au 16 boulevard Jean Pain. Il sera inauguré le 18 octobre 2016 !

invitation inauguration


Cette inauguration a lieu pendant la Semaine nationale des accueils de jour, du 13 au 20 octobre 2016.

A cette occasion, des accueils de jour locaux (à Grenoble : Point d'Eau, le Fournil, l'espace Mosaïque du Secours Catholique, le Local des femmes ; à Bourgoin Jallieu : Interlude) ouvrent leurs portes, organisent des échanges, des expositions, des piques-niques et des cafés : venez nombreux et nombreuses pour décourir les accueils de jour et échanger avec les personnes accueillies.


 Grenoble, le 19 octobre 2015


10 ans du Local des femmes... Merci !

 dsc0336

 dsc0263  dsc0401  dsc0440

Ça y'est ! Les 10 ans du Local des femmes sont passés!
Et ce fût une belle fête et un moment associatif fort.

Cette soirée est le résultat d'un an et demi de dur labeur, qui se sont rajoutés au travail quotidien d'aller vers, d'accueil et d'accompagnement individuel et collectif.
Ces temps forts sont essentiels : faire une pause, sortir la tête de l'eau, sortir de la course quotidienne et de l'urgence, se questionner, refaire le point sur pourquoi on est là et le sens de notre action, sensibiliser sur le vécu des femmes en errance, valoriser notre travail et les femmes que nous accompagnons, leur donner une place dans l'espace publique...
La qualité et la justesse de ce qui a été montré lors de ces 10 ans sont reconnues unanimement : le documentaire sonore a marqué tant sur le fond que sur la forme, les écrits des femmes ont touché par leur force et leur vérité, les photos ont contribué à un autre regard, le rapport d'enquête Vu de l'extérieur - Le Local des femmes est un outil pour avancer, mais aussi pour interpeller et réaffirmer nos spécificités, le temps convivial et musical avec Les coureurs de rempart a été une sacrée fête!

Ce qui s'est vécu vendredi soir confirme également que le choix de vivre ce temps fort associatif à l'Hôtel de Ville était le bon. L'association et les femmes ont investi ce lieu, cette maison pour tous, cet espace public et politique.

C'est une belle étape que l'association vient de passer et nous remercions tous ceux qui sont venus partager ce moment avec nous. Environ 400 personnes sont passées, dont plus de 200 étaient réunies pour écouter côte-à-côte le documentaire sonore Une fenêtre sur la rue - Portrait sonore du Local des femmes.
C'est également un bel élan pour la suite, qui comme tout le monde le sait, sera difficile et pleine d'enjeux, comme les textes associatifs l'ont mis en avant.

Pour ceux qui n'ont pas pu être présents, l'exposition des photographies de Nadine Barbançon et des textes écrits par les femmes accueillies à l'association est ouverte au public jusqu'au 30 octobre 2015 dans le Hall d’Honneur de l'Hôtel de Ville, du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00.

A nouveau, merci à tous et à très bientôt.

L'association Femmes SDF

 

 


 

 Grenoble, le 18 septembre 2015

Le Local des femmes a 10 ans : J-30

mailing local femmes sdf 


 

trophee

Communiqué de presse

Grenoble, le 25 novembre 2014

 

L'association grenobloise Femmes SDF reçoit le Prix

Women's Award

de la Fondation RAJA-Danièle Marcovici


En ce jour de lutte contre les violences faites aux femmes, l’association Femmes SDF est heureuse de vous annoncer que le Prix Women’s Award de la Fondation RAJA-Danièle Marcovici lui a été décerné « pour son action remarquable en faveur des femmes ».

L’association Femmes SDF, créée en 2000, va à la rencontre des femmes en errance, les accueille au Local des femmes, les accompagne individuellement et collectivement pour qu’elles sortent la tête de l’eau, reprennent leur vie en main, accèdent à leurs droits et trouvent une place dans la société. L’année 2014 marque l’anniversaire des dix ans de la création du Local des femmes, son accueil de jour créé en décembre 2004.

Les Prix « Fondation RAJA Women’s Awards » récompensent des associations qui mettent en œuvre, en France et dans le monde, des actions remarquables qui ont concrètement amélioré les conditions de vie des femmes.

L’association Femmes SDF fait partie de la centaine d’associations pressenties pour ce prix en 2014. Parmi elles, treize ont été présélectionnées et invitées à présenter leur action devant un jury composé de personnalités qualifiées, partageant les valeurs de la Fondation RAJA-Danièle Marcovici et investies, chacune à leur niveau, en faveur de la cause des femmes.

Lors de la cérémonie de remise des Prix, qui s’est déroulée le 19 novembre 2014 à la Maison de la Mutualité (Paris), et qui a réuni plus de 400 personnes, l’association Femmes SDF a été sélectionnée et primée par le jury (1er prix dans la catégorie « Droits des femmes et lutte contre les violences ») et à ce titre a reçu une dotation de 20 000 €, qui lui permettra de poursuivre et développer les actions qu’elle mène en faveur des femmes.

A travers cette récompense, la Fondation RAJA-Danièle Marcovici souhaite sensibiliser et interpeller sur la situation des femmes SDF, de plus en plus nombreuses et soumises chaque jour à la violence de la rue en France.

Une enquête de l’INSEE sortie le 19 novembre 2014 indique que près de 40% des personnes SDF recensées sont des femmes… C’est dire si notre action est importante et d’actualité.

Les temps sont durs pour les associations, notamment pour les petites associations comme la nôtre. Ce type de soutien est une bouffée d’air pur ! Cette récompense est avant tout une reconnaissance et une mise en lumière des femmes en errance, de leur vécu et de leur accroche à la vie, ainsi qu’une valorisation de l’association, du travail de dentelle au quotidien et de l’engagement de l’équipe.

L’annonce de cette récompense a rempli d’émotion et de fierté les femmes accueillies à l’association et le retour du trophée au Local des femmes a été un moment de joie et de fête.


laureats 2014




Le 3 décembre 2014

 Une fleur contre l'oubli

coquelicot

Le collectif Mort De Rue est né d’un constat : vivre à la rue tue, aujourd’hui encore à Grenoble comme partout. Le mal-logement, le non-logement ont des conséquences graves sur la santé et peuvent conduire à la mort : chaque année, été comme hiver, des personnes décèdent dans la rue ou des conséquences d’une vie à la rue.

Le but premier du collectif est de mener des actions concrètes visant à accompagner les obsèques, informer sur les conditions d’inhumation, faire circuler les annonces de décès pour que personne ne soit enterré seul...

Mais son action est également portée par un désir d’interpellation : interpellation des institutions, du grand public, sur les conséquences des failles des politiques de logement et d’hébergement.


Le local des femmes est membre du collectif Mort De Rue. Le 1er novembre est une journée importante pour se recueillir et se souvenir des personnes disparues. Ce jour-là, le collectif a décidé de sensibiliser les personnes venues au cimetière des Sablons à Grenoble en leur proposant de déposer une fleur au carré commun où reposent les personnes décédées dans la rue ou en grande précarité. Plusieurs membres du collectif se sont relayés pour cette jolie action.


Nous avons vraiment ressenti un accueil chaleureux, une approbation immédiate et les personnes vraiment réceptives à cette action. Ce fut un grand succès. Nous avons pu faire connaître à un plus grand nombre l’action du collectif. Les personnes qui ont accepté de faire ce geste du cœur ont démontré ainsi qu’elles étaient sensibles aux personnes à la rue et au travail effectué par le collectif.



Publié le 11 mars 2014

Ciné au Local : Sans toit ni loi


Le 27 mars 2014, à 13h30, sur France Culture (fréquence Grenoble : 88.2 ou 92.8), sera diffusé un reportage sur les femmes à la rue.

Le 27 février 2014, à partir de 10h, nous avons reçu une journaliste de France Culture qui souhaitait faire un reportage sur les femmes à la rue. Nous avons passé la journée ensemble ; nous étions 4 femmes qui ont eu l'expérience de la rue.

Nous avons regardé le film "SANS TOIT NI LOI".

Nous y découvrons une femme qui a vécu sous une tente, dans des squats, chez des particuliers. Elle a tracé la route, car elle était en errance. Elle est décédée à une vingtaine d'années d'épuisement, seule dans un champ de vignes.

A la suite du film, il y a eu un échange collectif entre les femmes présentes.

Nous avons pu réagir sur le film que nous avons trouvé émouvant et bouleversant. Nous avons fait le lien avec notre propre expérience.

Nous avons pu partager notre vécu à la rue avec nos points communs et nos différences.

Certaines ont vécu en groupes, d'autres isolées, certaines ont fait la route.

Puis, nous avont fait un repas ensemble avec la journaliste.

Après le repas, la journaliste nous a interviewés individuellement sur notre vécu à la rue pour celles qui le souhaitaient.

Ce reportage est une occasion pour le grand public, de connaître la vie à la rue pour les femmes, réalité que beaucoup ne connaissent pas.

Pour les femmes ayant participé, c'est l'occasion de laisser une trace, la possibilité de parler de leur vécu alors qu'elles ne le font pas souvent.


Le 11 mars 2014

Ciné au Local : A qui parlons-nous

lorsque nous nous taisons ?


En cet hiver 2013-2014, l'heure est à la projection de films, au local même ou à l'extérieur, l'occasion pour nous toutes de partager des temps forts qui sortent du quotidien et qui nous rassemblent.

Le mardi 4 mars 2014, le local des femmes s'est transformé en salle de cinéma le temps de la projection de 6 courts métrages sur le thème de "A QUI PARLONS NOUS LORSQUE NOUS NOUS TAISONS ?" avec le partenariat de l'association "A bientôt j'espère".

Arrivés à 10h pour cuisiner ensemble, nous avons visionné 6 courts métrages :

- Dans "13 figures de Sarah BEAUCHESNE", la contorsionniste nous a fait mal, "aïe, aïe, aïe", et nous a rappelé que notre corps est fait d'os, d'articulations et de muscles.

- Puis, dans "Ten minutes older", les rôles se sont inversés : nous imaginions un spectacle dans les émotions du visage d'un enfant tour à tour attentif, apeuré, joyeux, surpris, perplexe ;

- Plus légèrement, dans "Merci", un "monsieur tout le monde" nous a fait partager son rire dans un métro empli de gens, hommes et femmes, somnolant, s'observant, s'occupant à la lecture, préoccupés ; le rire est communicatif, mais au départ, il dérange, inattendu, incompris... ;

- "Lip V" est un monologue d'une femme ouvrière qui s'exprime sur la parité des hommes et des femmes dans le milieu professionnel des années 60 ; elle remplace systématiquement le mot "homme" par le mot "blanc", et le mot "femme" par "arabe" ce qui donne, à travers les décennies, une image toujours d'actualité ;

- "Les possibilités du dialogue", à travers la violence, l'amour sous toutes ses formes et l'incompréhension, mettent en scène des personnages caricaturés et insolites, faits de pâte à modeler, d'ustensiles de cuisine et de légumes ;

- "200 000 fantômes" ou la vision que l'on garde d'un endroit connu quelques années en arrière, modifié au fil du temps et que l'on a quelquefois tant de mal à se remémorer, si ce n'est à travers des photos ; l'exemple donné est celui de la ville japonaise, Hiroshima, avant et après la bombe atomique, jusqu'à la ville moderne actuelle, à travers de nombreuses photos.

A l'issu de cette projection, nous avons partagé notre ressenti, nos émotions..., durant le moment privilégié que représente le repas.


Janvier 2014

La sophrologie entre au Local des femmes

Toutes les deux semaines, un atelier de sophrologie est proposé aux femmes fréquentant le Local.

En effet, certaines femmes en errance sont parfois envahies, submergées par leurs émotions ce qui peut être source de souffrances, de tensions, de stress, voire de violence. Par ailleurs, le Local des femmes est un lieu axé autour de la santé, du soin, du bien être. L'idée de cet atelier est d'utiliser un moyen non médicalisé pour donner à ces femmes la possibilité de porter attention à leur santé.

Ce temps est l'occasion pour elles de passer un véritable moment de relaxation, de prendre soin de leur corps et de leur esprit, d'apprendre à gérer leurs émotions et leurs tensions et de prendre conscience de leurs ressources et les dynamiser.

Ces temps sont un véritable succès puisqu'en 2013, 18 femmes y ont participé. Les paroles des femmes en sont d'ailleurs une belle illustration :

"Tu découvres l'intérieur de toi" Ma.

"Cela m'a fait du bien au niveau de mon corps. J'ai eu des fourmis aux pieds. Ca apporte beaucoup de bien, même juste de fermer les yeux" Me.

"Je me sens détendue dans tout le corps. La sophrologue a une voix qui chante et qui t'apaise, qui te met en confiance et qui détend" Ma.

Merci donc aux sophrologues professionnelles qui interviennent bénévolement au Local auprès de ces femmes : Elisabeth BALAS-CRETIN en 2013, Nadia REDJAH en 2014.

Une occasion aussi pour la sophrologie d'aller à la rencontre de femmes qu'elle touche rarement et de relever le défi de s'adapter (lieu d'accueil donc pas toujours silencieux, présence de chiens, espace réduit...).

Femmes

Association

Nos Actions